Biographie

En-tête

Belfortain de naissance, je le suis resté de cœur. J'ai vu le jour en 1941, dans une modeste cité ouvrière où mes parents occupaient un petit appartement loué à leur sainte mère l'Alsthom pour une somme modique. Mon père était prisonnier en Allemagne depuis quelques mois, on ne savait pas s'il allait revenir. Il avait choisi Claude comme prénom pour son rejeton, ma mère, lorsque je suis venu au monde, y  a ajouté celui de son mari, Gabriel, pour conjurer le sort. Il est revenu, de mon véritable petit nom il n'est donc resté que Claude, celui que nombre d'entrevous connaissent. La légende veut que je sois né dans l'ambulance militaire que ma mère conduisait à l'époque. C'est faux, la Margot a eu la présence d'esprit de rentrer à la maison et faire prévenir la sage femme qui est arrivée juste à temps. Ma jeunesse, je l'ai passée dans la rue, effroyable garnement qui selon les dire de mon procréateur "réussissait plus de tours de con que de miracles" (le Gaby dixit). Après avoir été renvoyé du lycée de Belfort pour insubordination et fauteur de trouble (j'étais un des rédacteurs du journal "l'écho du lycée", feuille bien éphémère) J'ai terminé mes études au cours complémentaire de la rue de Châteaudun. Nanti d'un BEP réussit de justesse, je suis rentré à l'école d'apprentissage, Alsthom évidement, comme tous les garnements du quartier. Deux CAP, ( electro-bobinier et dessinateur, avec mention, bigre !), un BP que j'aurais pu réussir mais auquel je ne me suis pas présenté. Une Vespa et un gout prononcé pour les amazones de l'avenue Jean Jaurès ont anéantis mes rêves de diplômes, autant scolaires que musicaux. J'apprenais le trombone à coulisse à l'école de l'Harmonie, toujours de l'Alsthom, évidement. Réussite de mon BAPA, (devenu BAPAAT depuis je crois) moniteur de colonies de vacances (Alsthom toujours elle!). Après avoir été expulsé du chantier des "petites dynamo" (Trop dissipé, syndicaliste, parrain des jeunes travailleurs) je devins mécanicien-monteur sur celui de la traction,(construction des motrices électriques), le pied pour moi, j'adorais.Toujours syndicaliste, délégué suppléant CFTC. Service militaire dans les transmissions, en Allemagne, sous officier, content de rentrer dans mes foyers. Retour, hélas, chez Alsthom, service extérieur grande dynamo, toujours par monts et par vaux, France et étranger( toujours pas dans mes foyers). Mais la technique minutieuse n'a jamais été ma grande passion. Vive le commerce ! Walser Frères recrutait des représentants, il m'a reçu, il m'a eu.(enfin, presque dans mes foyers) Cours par correspondance, stages, cours de gestion, d'animation de ventes, de management, c 'était ma voie ! j'ai terminé ma carrière comme directeur France pour le compte d'une importante société Allemande.(Toujours absent de mes foyers) C'est court une vie... non ? Si vous désirez plus de détails sur ma jeunesse, vous reporter à l'ouvrage "Les Lionceaux du Territoire" inspiré quelque peu de la vie du galopin que j'étais dans les années 60.

L'écriture dans tout cela. Dans ma jeunesse, les meilleures notes en rédaction, dissertation, et autres délices de ce genre, malheureusement pas en orthographe...Il faut bien avoir un défaut. Quelques poèmes, mais ce n'était pas mon genre, des courriers, pro., de nombreuses nouvelles, des livres de prestige pour mon employeur, des articles dans les journaux techniques spécialisés ou non. Quelques romans, jamais édités à ce jour (ouf ! pour les lecteurs). Puis depuis plus de dix années, une rubrique dans le trait d'union, journal de la SPA de Besançon, magnifique institution s'il en est une. Rubrique qui a donné naissance à mon premier volume édité "La Petite Griffonne". (Merci Sekoya d'avoir accepté le chiffon innommable que je vous ai présenté un jour, promis, je m'améliorerai).J'ai vécu à Belfort une grande partie de mon existence, puis Vesoul et Paris. Nous avons quitté la capitale en 1987 pour nous installer dans le charmant petit bourg de Pouilley les Vignes, à huit kilomètres de Besançon. J'ai une épouse, trois enfants, sept petits enfants, une chienne (Fifi, la petite griffonne), quelques amis, trois chats.

Je fais partie de la société des écrivains d'Alsace et de Lorraine, et assure la coprésidence, avec mes amis Gérard Galliot et Dominique Mausservey, de l'association comtoise d'auteurs indépendants, l'A.C.A.I (La meilleure, puisque c'est nous qui l'avons créée).J'arrête, je n'ai plus de place.

Si ! Je vous donne l'adresse du site de l'association comtoise d'auteurs indépendants.(A.C.A.I)  Un conseil...Visitez le, il est encore mieux que le mien...

www.auteurs-comtois-acai.fr  (Ca c'est du site !)  Cool{#smileys123.tonqueout}

A l'époque, les trois meilleurs plumes de l'association (nous n'étions que trois au total) de G à D...Gilles Galliot, Dominique Mausservey, Claude Gillot. Photo prise aux journées artisanales d'Ornans.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

Martine | Réponse 10.09.2013 05.29

'.et assure la coprésidence,..."Gérard" Galliot et..
Juste n'y aurait il pas une petite erreur de prenom ? Attention Fifi à l'abus de whisky,amitiés.

Voir tous les commentaires

Commentaires

28.04 | 14:44

Salut Claude.avec l âge tu deviens économe on fait de même y en a marre d être pressé comme des citrons.

Amitiés Rabbi Jacob Michel Demange

...
13.09 | 01:10

Salut Claude, bonjour de mon île. Toujours dans le coup, mes félicitations très réussie ta page. Bon anniversaire aussi. Amitiés .

...
22.02 | 18:33

la suite

...
22.02 | 18:30

pas mal

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE