Série Policiére

NOUVEAUTES

Disparitions
Drame à Pesmes. Le propriétaire d'un garage retrouvé sans vie dans la rivière. Suicide, accident ou meurtre ? La police étudie toutes les pistes.
Gilles devait trouver un gîte à proximité pour quelques jours. Situé au calme, l'hôtel de Paris à Pesmes béné-ficiait d'une belle vue et proposait une cuisine tout à fait honorable. Avec un peu de chance, Maryse y tra-vaillerait encore. Maryse... Un flirt de jeunesse difficile à oublier. Il se souvint avec un brin d'émotion de la première fois où ils avaient fait l'amour... trop rapidement... à l'arrière de la fourgonnette prêtée par ses pa-rents lors de la fête du village. Perdre sa virginité de cette façon n'était pas très romantique, elle méritait mieux, il s'en était aperçu par la suite. C'était la conséquence de l'absorption sans modération d'un dangereux petit vin de Charcenne. Un hypocrite Pinot noir élaboré par les établissements Guillaume

L’homme au lapin
Une animation inaccoutumée régnait en gare d'Auxon. Des hommes en uniforme canalisaient le flot des voyageurs, d'autres contrôlaient leur identité. Son compagnon de voyage était descendu, au mépris de la plus élémentaire des politesses, devant elle. Il ne regarda pas l'adjudant, qui examinait avec attention ses papiers, trop occupé à cajoler le rongeur. Nathalie ouvrit rapidement son porte-cartes et dépassa l'obèse qui expliquait au gendarme qu'il ne pouvait pas se passer de son animal préféré. Il s'éloigna en claudiquant légèrement après avoir appris qu'un escroc de classe internationale était attendu par des comparses à Besançon. Un renseignement provenant de la sûreté parisienne avait alerté les forces de l'ordre locales.
« Peu importe, souffla le fonctionnaire de police à son adjoint, le type que nous recherchons est mince, type gravure de mode, cheveux châtain très foncé, avec une petite moustache à la Clark Gable. Tiens ! Comme celui-ci... Monsieur... Monsieur... S'il vous plait ? ... Oh ! Pardon Monsieur le Commissaire... »

Derniére mission
Cette nuit-là, Boris eut plus de mal à trouver le sommeil. Pendant la journée il ne prit aucun repas, ne sortit pas, passa plusieurs appels téléphoniques et regarda la télévision jusqu'au soir pour se vider l'esprit, redevenir la machine qu'il était encore récemment. Dès la tombée de la nuit, il passa une parka sombre, vérifia son Beretta 92, cadeau d'un de ses amis israéliens, dont le chargeur de quinze cartouches le rassurait. Puis il reprit son poste d'observation à proximité du bar « Le Perroquet ».

Colère froide
Pendant ce temps, dans un service des urgences débordé, comme chaque jour, les ambulanciers déposaient un jeune roumain dans un état critique. Un règlement de compte, certainement, agressé à l'arme blanche il portait de nombreuses blessures dont une très grave au ventre. Le pronostic 64
vital était engagé. On l'avait retrouvé dans le Chemin des Bois qui relie Chalezeule à Besançon en passant par le quartier sensible des Clairs Soleils où sévissait actuellement une guerre des gangs. La police était sur les dents, le quartier surveillé. Les enquêteurs connaissaient depuis peu son identité : Razvan, Razvan Petrescu.

Hommes en danger
On a changé Hélène contre un modèle plus récent ! Ce n'est pas possible ! Où est la petite timorée, la vierge pas trop effarouchée que je la supposais être. Il faudra que je pense à me reconvertir, technicien de surface, épicier, sénateur ou député, enfin un boulot où l'on est payé pour penser et ne dire que des conneries. Ça m'irait comme un gant.
J'ai passé la journée avec elle, un rêve, quelle surprise ! Dire que je l'ai ignorée depuis que nous avons fait connaissance. Pourtant en regagnant mon domicile j'éprouvai comme un malaise, une impression désagréable. Cette fille est trop bien... Et cette migraine qui ne me quittait pas. Elle avait l'air satisfaite au réveil, pourtant l'abus d'alcool provoque chez moi une baisse sensible de mes capacités sexuelles, une légère déficience que ses deux amies avaient quelquefois de la peine à combattre.

Résurrection
Sa vie d'avant il l'avait oubliée, un mauvais cauchemar au pire, même pas une tragédie. En fermant les yeux il revit son appartement à Besançon, luxueux, un immense duplex dont les fenêtres ouvraient sur le Doubs, l'Audi A6 de fonction et la place de parking à son nom dans la cour de l'entreprise qui l'employait. Puis le divorce et son fils qui l'ignora, influencé par une mère dont le but principal était d'anéantir son mari.

 

L'homme au lapin
Dernière mission

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

28.04 | 14:44

Salut Claude.avec l âge tu deviens économe on fait de même y en a marre d être pressé comme des citrons.

Amitiés Rabbi Jacob Michel Demange

...
13.09 | 01:10

Salut Claude, bonjour de mon île. Toujours dans le coup, mes félicitations très réussie ta page. Bon anniversaire aussi. Amitiés .

...
22.02 | 18:33

la suite

...
22.02 | 18:30

pas mal

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE